AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Matthew] His Hearth like a Murderer*

Aller en bas 
AuteurMessage
Calvin Brown
PRiME TiME YOUR LiFE
avatar

Nombre de messages : 429
Age : 26
Localisation : New Yorkais.. fatalement Ecossais
Date d'inscription : 10/07/2008

» TELL ME ABOUT YOU
» Relationship .:
» Sujets .:
» Are you affraid ?:
50/50  (50/50)

MessageSujet: [Matthew] His Hearth like a Murderer*   Ven 11 Juil - 2:40

"You touch me for a little while
my reflexion create my own scare"




    A peu près un mois.. Des rancœurs gardées, puisque rancœurs partagées, et comment faire lorsque qu'on à la sensation que tout est de ça faute ? Lorsqu'on s'allonge, que le sommeil nous démange et que les yeux eux, ont peur de se fermer.. Comment rassurer celle que notre cœur à choisit.. Comment connaitre les mots qui sauront y faire. Et comment s'y prendre pour éduquer notre conscient, quand le subconscient prend le dessus ? La vie est belle, pour une bon nombre de gens, mais assez de le redire lorsque la vie est belle pour beaucoup, la vie est fade pour Calvin.. Et cette envie de commencer un monde nouveau, un de ces mondes en rimes, mais y croyant vraiment.. Retourner là dans ce passé, où les désirs les plus fous semblaient si proches, et où ce futur était encore loin. Des sentiments d'amertumes mêlés à de la colère. Mélange redoutable, au ressentit impalpable.. Mais pourtant la sensation d'un homme déboussolé, au destin qui lui semblait tout tracé.. Sur un banc. Une serre glacial comme refuge. Refuge où il pouvait penser, tourmenter son esprit, avec des questions minables, et des espérances improbables. Etre seul alors que tout pouvait arriver.. Ame de conquérant.. Qu'il délaissât pour une âme de perdant.. Mais ne rien laisser paraitre, surtout. Pour la belle, pour les autres, pour rester celui qu'il était, parce que la plus grande peur qu'il pouvait avoir était de devenir un autre..

    Un remède, pour les hommes brisés.. Sa réflexion à lui était plus un pansement de piques, qu'un pansement de soie. Il se voyait, s'imaginait.. Il était comme ce château, ce monde. Calme à ce qu'il paraît, mais torturé en réalité. Fatigué de lutter, lutter pour espérer, la vie ne vaut la peine que pour Amber, la vie est une chienne, et comment faire avancer la vie, puisque les roues du carrosses ont déviées ? Envie d'arrêter de songer, mais une chose, l'indescriptible prend la parole et lui dit, le guide, le force. Rester là, songer, et pourquoi pas.. pleurer. Plus personne à charmer, plus de pose à prendre que celle pour le calendrier des victimes. Victime de folie évolutive, et d'une inconscience trop acharnée, trop agressive. Les défilés où l'ont de sentait admirés, et les soirée dansantes, où elles, ces filles que l'on faisait voler.. Tout ça trop loin..
    Des rancœurs gardées, puisque rancœurs partagées, et comment faire lorsque qu'on à la sensation que tout est de ça faute ?
    Et comment s'y prendre pour éduquer notre conscient, quand le subconscient prend le dessus ?
    Allongé sur un banc, les yeux fermés, à l'abri du concrès, dangereusement proche de l'abstrais. Cet abstrais qui fait peur, qu'on demande à fuir, mais vers lequel nos pas avance, vers lequel la curiosité transpire à en faire une overdose..
    << J'ai envie, je veux, j'exige.. >> Il est celui qu'on aime, mais ne vient.. Parce qu'ici personne ne sait que c'est lui qu'on aime. Frustration trop présente, frustration limite violente. Arracher tout ce qui passe pour que la déraison l'emporte sur la raison, pour que ce château sache qu'il est là, que son intérieur boue. Le passage à 1oo° fait mal.. Malheureusement encore loin d'avoir atteint la température maximale, il subit. Mais trop de choses à subir, comme beaucoup ici le font. Mais on cache, tous l'inquiétude. On respire l'air, l'air du danger, comme si l'on se trouvait au bord d'un précipice.

    Peut-être les premier symptômes d'une folie aggravée. Il entendait, le bruit des vagues. Un bruit mélodieux, mais trop charnel pour que ce soit normal. Angoisse en ébullition, pour lui faire ouvrir les yeux, faire battre son cœur à en faire exploser les tympans. Ciel bleu, sans nuages. Encore une irréalité à en pâlir... Du ciel bleu à la pluie gelée.. Passage d'un chaud au froid, comme on passe d'une pièce à une autre, rien que pour rappeler sa présence lorsque vous semblez l'oublier. Mais la présence de quoi ?
    Jambes croisées, et les plantes d'à coté trop défrichées.. Trop, parce qu'un mois sans une seule branche de coupée, et une allure toujours aussi parfaite reflétait subtilement le criminel. Pourquoi s'attardait-il a voir tout ça ? S'en rendre compte, puisque cet inconscient ne mourrait d'envie que de ça. Faire peur, à lui même, alors que rien que les autres lui font peur..


Dernière édition par Calvin Brown le Jeu 17 Juil - 23:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frozen-label.skyrock.com
Matthew Kresler

avatar

Nombre de messages : 136
Age : 26
Localisation : #* Stuck in CC.
Date d'inscription : 26/06/2008

» TELL ME ABOUT YOU
» Relationship .:
» Sujets .:
» Are you affraid ?:
25/50  (25/50)

MessageSujet: Re: [Matthew] His Hearth like a Murderer*   Mer 16 Juil - 20:21

    Il avait envie d'être seul, un peu. Ce qu'il pouvait être assez lunatique, quelques fois. Un jour, il avait besoin de voir du monde, de faire partie intégrante d'une foule, d'entendre les rires d'une multitude de gens absolument différents, puis le lendemain, il fallait qu'il coupe les ponts, qu'il s'échappe de tout ça, de toute cette précipitation. Il avait découvert ce côté là de sa personnalité en arrivant ici, un peu après avoir appris qu'ils étaient bloqués dans le château sûrement...
    Il avait alors pris son appareil photo et un paquet de clope, puis il était sortis du château, autant que cela était possible. Il avait pensé faire quelques clichés d'un endroit peu fréquenté et un peu particulier. Et il n'avait vu que les serres qui répondent à ses critères alors, il s'y était dirigé. Elles n'étaient pas entretenues, apparemment et, les plantes et quelques fleurs qui y vivaient encore, avaient une allure sauvage et terne. Il bougeait quelques trucs pour ses photos, pour mettre en scène... Il sortit un sécateur qu'il posa sur un épais établi en bois à côté d'un pot de fleur où une plante semblait rendre l'âme. Puis, il posa sa main gauche sur le même établi, de l'autre côté du pot de fleur. Il regarde son appareil photo, approcha un peu plus le sécateur de sa main, regarda à nouveau...

      « Ouais, là c'est pas mal... »

    Il prit la photo, fit tourner la plante sur elle même et, une autre photo. Il aurait bien aimé trouver quelqu'un qui lui serve de mannequin. Il aimait beaucoup faire des portraits. Il laissa ce qu'il avait bougé en plan et continua sa "visite" de la serre.
    Il ne s'attendait vraiment pas à y trouver, spécialement ce jour-là, un type allongé sur un banc, les yeux fermés. Il ne fit pas de bruit, il osait à peine bouger. Il se demandait s'il dormait. Il ne voulait en aucun cas le réveiller. Il semblait ne l'avoir encore jamais vu au château. Bon, il disait avoir une bonne mémoire des visages, ce qui était vrai avant qu'il n'arrive au château. Maintenant, pour tout dire, il ne faisait vraiment plus attention à qui il croisait, qui faisait quoi, qui était avec qui...
    Il regarda l'écran de son appareil photo qui montrait pour le moment ses pieds immobiles sur le sol en béton de la serre. Puis il releva à nouveau la tête pour jeter un coup d'œil à l'homme couché sur le banc.

    *Ça ferait une photo vraiment bien...*

    Il hésita, il mit son appareil de manière à avoir la scène comme cible. Oui, vraiment un superbe photo. Mais il ne pouvait pas prendre le type sans le prévenir. Et s'il lui demandait, peut-être que ce dernier accepterait de jouer le rôle de mannequin. Il toussa...

      « J'espère que je ne dérange pas... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calvin Brown
PRiME TiME YOUR LiFE
avatar

Nombre de messages : 429
Age : 26
Localisation : New Yorkais.. fatalement Ecossais
Date d'inscription : 10/07/2008

» TELL ME ABOUT YOU
» Relationship .:
» Sujets .:
» Are you affraid ?:
50/50  (50/50)

MessageSujet: Re: [Matthew] His Hearth like a Murderer*   Jeu 17 Juil - 17:33

    Il ouvrit les yeux, légèrement surpris.. Il se croyait seul dans la serre. Visiblement il ne l'était pas. Le toussotement légèrement étouffé laissa place à un voix masculine, d'un grave assez mesuré. "J'espère que je ne dérange pas" Calvin resta un peu hésitant. Il songea au fait qu'il n'avait pas entendu le jeune homme pénétrer dans la serre et que c'était peut-être un de ces mauvais sort qu'on lui aurait envoyer.. D'autant plus qu'il n'avait encore jamais vu le garçon. C'était peut-être du contraire dont il devrait se méfier. On accorde plus souvent confiance à ce qu'on connait que ce qu'on ne connait pas. Bref, là n'était pas le sujet. Calvin regarda le jeune homme avant de se redresser. « Non.. non tu ne déranges pas ! » Calvin venait de le tutoyer. Il ne savait pas si ça gênerai son interlocuteur, mais Calvin l'avait fait sans réfléchir. Et puis dans cette histoire ils vivaient tous ensemble, Calvin se disait que les petites manies n'étaient pas les bienvenues ! Il regarda l'homme et remarqua un appareil photos dans ses mains. Il était donc en train de prendre des photos. C'est ce qu'avait supposé Calvin. Maintenant qu'il avait remarqué ce détail, il se demanda si la question avait été posée à cause de l'appareil. Il était supposé prendre des photos alors peut-être qu'il veillait à ne pas le déranger avec le bruit que pouvait faire l'appareil à chaque clichés. Discret et pas très agaçant, mais à force.. Et puis on ne connaissait pas le degrés de susceptibilité des personnes qui nous entouraient, surtout dans ce château d'ailleurs.

    Calvin se demandait ce qu'il pouvait bien prendre en photo. Quelques endroit dans le jardin valaient la peine, mais de la à en prendre des photos. Calvin encore une fois se sentait un peu out. Il n'avait jamais rien compris à l'art. Il s'attachait plus au choses concrètes qu'au subjectif et à ce qui ne lui sautait pas aux yeux. C'était un défaut, mais ça il ne s'en rendait pas tellement compte. En reportant son regard dans les yeux du jeune homme, il questionna : «
    Tu prends des photos ? » Question qui pouvait paraitre très débile, mais c'était aussi le moyen de lancer la conversation. Non pas qu'il était super pressé de voir ses clichés, Calvin se disait que c'était peut-être le bon moyen de faire connaissance et pourquoi pas de s'ouvrir au monde de l'art. Ce château l'avait beaucoup changé, alors on ne savait jamais. Et qui sait, il était peut-être meilleur que les autres, ses photos dégageaient peut-être autre chose. Ça, il le verrai bien.
    L'air se rafraîchissait un peu. Il avait pu profiter un peu du temps où il était resté seul, mais c'était pas plus mal qu'il se trouve à présent accompagné non pas qu'il n'ai pas confiance, ça n'était juste pas bon pour son morale. Lui qui avait l'habitude des soirée V.i.P et des réceptions dans son beau château lorsqu'il vivait en France, c'était difficile pour lui d'admettre qu'il avait mit fin à ses jours de cette manière. Malgré tout, pour lui vivre ici était un vrai supplice. Tout ce luxe avait du mal à lui suffire, ce qu'il aimait lui, c'était la liberté, et il n'en avait pas ici, puisqu'il y avait des limites. C'est dans ces moments là qu'il aurait aimé être quelqu'un d'autre, qui s'adapte plus facilement, qui, comme le jeune homme pouvait rien que se mettre à faire des photos pour être heureux, au moins satisfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://frozen-label.skyrock.com
Matthew Kresler

avatar

Nombre de messages : 136
Age : 26
Localisation : #* Stuck in CC.
Date d'inscription : 26/06/2008

» TELL ME ABOUT YOU
» Relationship .:
» Sujets .:
» Are you affraid ?:
25/50  (25/50)

MessageSujet: Re: [Matthew] His Hearth like a Murderer*   Mar 22 Juil - 15:19

    L'homme ne devait pas réellement dormir, vu à la vitesse où il s'était redressé. Matt tenait toujours son appareil photo entre les mains. Il remarqua d'ailleurs que le viseur était dirigé vers l'autre homme. Il l'éteignit...

      « On s'occupe comme on peut, par ici. Je n'ai trouvé que la photographie... »

    Il s'approcha du jeune homme avec un sourire et lui tendit la main :

      « Matthew, enfin, on dit Matty, par ici... »

    Des rencontres, Matt en faisait tout les jours et, à bout de force, il ne trouvait plus de sujets de conversation. Il avait fini par voir que généralement, ça ne marchait pas, ses sujets. Il se demandait d'ailleurs, comment ce pouvait-il qu'il fasse encore des rencontres, parce que, il lui semblait bien que le château était fermé, que personne ne pouvait en sortir et que personne ne pouvait y entrer... Non ? Enfin, cet homme ne lui disait absolument rien.
    Qu'est-ce qu'il foutait là, d'ailleurs ? Qu'est-ce qu'il foutait dans la serre ? On pouvait pas dire que c'était le meilleur endroit pour bronzer, le soleil n'y entrait presque pas. Pour réfléchir ? Ouais, assez loin du château, personne n'y venait, en temps normal. Bien sûr, le type devait se dire qu'il avait fallu qu'un blaireau comme Matt vienne spécialement par ici le jour où il y était... Quel veinard ! Matthew ne passait pas pour un chieur, là...

    *Génial, Matt, t'as des idées de génie...*

    Il fit le tour de la pièce des yeux et trouva ce qu'il cherchait : un vieux tabouret métallique rouillé qui supportait un pot de fleur en terre cuite. Il mis son numérique dans sa poche et attrapa le pot de fleur. Il pesait un âne mort, *bordel de *@%#*. Il le posa à terre et nettoya le tabouret de la paume de la main pour y poser son cul. Il tapait pas un peu l'incruste là ? Il n'avait même pas demandait au gas s'il pouvait s'installer. Ok, s'installer était un bien grand mot. Et puis, ce n'était pas comme s'il s'invitait chez le type. Non, personne n'était réellement chez lui, ici. Et pourtant, chacun allait devoir y faire ses marques. Dieu sait pour combien de temps ils étaient ici, au château... Peut-être pour toujours...

      « Ils aurait quand même pu nous trouver plus d'occupation... On ne peut pas dire qu'on est très occupé... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Matthew] His Hearth like a Murderer*   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Matthew] His Hearth like a Murderer*
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adam P. Moriharty, the Gentleman Murderer.
» Matthew "Matt" Williams
» Tears of my Hearth... [0/3] Celesty is there!!!!!! :P
» matthew & manuela ? apologize ?
» Matthew Lombardi signe a Philladelphie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: • L'EXTERIEUR :: SERRES .-
Sauter vers: